Les éco-gestes du quotidien : les économies d’eau

Ressource rare et chère, l’eau pèse sur le budget des ménages. Il faut aussi prendre en compte l’énergie pour chauffer l’eau.

Alors comment agir pour diminuer ces consommations d’eau et d’énergie dans son logement ?

Votre Espace INFO→ÉNERGIE est aussi là pour vous conseiller sur les éco-gestes.

Contexte

Aujourd’hui, la consommation moyenne d’eau potable d’un français est d’environ 148 litres par habitant et par jour (source : ONEMA) soit environ 60 mètres-cubes (m3).

Un tiers de cette consommation annuelle, soit environ 20 m3 par personne, est utilisée pour l’eau chaude sanitaire.

Un foyer de 4 personnes consommera environ 150 m3 d’eau potable par an dont environ 50 m3 pour l’eau chaude sanitaire.

La consommation d’eau potable pour un ménage français se répartit ainsi :

  • 39 % pour les bains et les douches ;
  • 20 % pour les W.C. ;
  • 12 % pour le linge ;
  • 10 % pour la vaisselle ;
  • 6 % pour la préparation de la nourriture ;
  • 6 % pour les usages domestiques divers ;
  • 6 % pour le lavage de la voiture et l’arrosage du jardin ;
  • 1 % pour l’eau potable.

93 % de l’eau que nous utilisons est dédiée à l’hygiène et au nettoyage et 7 % à notre alimentation.

Combien ça coûte ?

En France, le prix moyen de l’eau potable (froide …) est de 2,03 € pour un m³ en zone d’assainissement individuel.

En zone d’assainissement collectif, le prix moyen de l’eau s’élève à 3,92 €/m³ au 1er janvier 2014 (2,03 €/m³ pour l’eau potable et 1,89 €/m³ pour l’assainissement).

En zone d’assainissement collectif, le coût de la facture d’eau peut donc représenter 235 € par personne et par an, soit environ 580 € par an pour une famille de 4 personnes !

Sans oublier l’énergie nécessaire pour produire l’eau chaude sanitaire !

Comment agir au quotidien ?

Des économies d’eau dans la salle de bains

La salle de bain est le premier poste de consommation d’eau pour les particuliers. C’est aussi celui sur lequel on peut faire le plus d’économies.

  • Dans ma douche, j’installe une douchette économe ou un régulateur de débit (à débit fixe ou variable) entre le robinet et le flexible : le débit sera régulé entre 8 et 12 litres par minute …

Le débit des pommes de douche classiques peut atteindre 15 à 20 litres à la minute. Les pommes de douche économes ou les régulateurs de débit, moins chers, réduisent le débit (8 à 10 litres/minute) et permettent jusqu’à 50 % d’économies d’eau par an.

  • J’installe des mousseurs limiteurs de débit sur les robinets. Il suffit généralement d’un débit de :
    • 6 litres/minute pour un évier ;
    • 4 à 4,5 litres/minute pour un lavabo ;
    • 2 litres/minute pour un lave-main.
  • En l’absence de mitigeur thermostatique, J’installe un « stop douche » pour couper l’eau tout en maintenant le réglage de la température.
  • Si je remplace mon robinet, j’en choisis un avec mitigeur thermostatique : en réglant automatiquement la température de l’eau, il évite ainsi le gaspillage lié à l’ajustement à la bonne température.

Les robinets de type mitigeur (une seule manette) sont plus économes en eau que les robinets de type mélangeur (2 robinets). En moyenne, ils permettent une économie d’eau de 10% (Source ADEME).

  • Il est bien sûr préférable de privilégier les douches aux bains … une douche de 5 mn consommera entre 3 et 4 fois moins d’eau qu’un bain.
  • Je limite la durée de ma douche … si vos douches dépassent 10 minutes, vous risquez de consommer plus d’eau en vous douchant qu’en prenant un bain rempli à moitié.
  • Je ne laisse pas couler l’eau pendant le savonnage, le lavage des dents, le rasage …
  • Pour les enfants, j’adapte le volume du bain à leur morphologie : un bain n’est pas une piscine et quelques dizaines de litres sont largement suffisant.

Des économies d’eau dans les WC

Dans les logements, la majorité des fuites viennent des chasses d’eau !

  • Vérifiez régulièrement qu’il n’y a pas de fuites et faites les réparations nécessaires, voire le changement du système si celui-ci est très ancien. Une petite fuite peut très vite coûter très chère si on ne s’en occupe pas.

Au prix actuel de l’eau, une fuite non repérée représente un petit filet d’eau de 3 litres par heure qui vous coûtera environ 80 €/an.

  • Pour visualiser les fuites de vos toilettes qui ne sont pas forcément visibles à l’œil nu :
    • versez un colorant alimentaire dans le réservoir : si les parois de la cuvette se colorent, c’est qu’il y a une fuite ;
    • ou positionnez un bout de papier toilette en haut de la cuvette des toilettes, si celle-ci se gorge d’eau et tombe au fond de la cuvette, c’est qu’il y a une fuite.
  • Je remplace mon réservoir classique par une chasse d’eau à double bouton, au maximum 6 litres par cycle et 3 litres en utilisation légère.

En moyenne 9 à 10 litres d’eau sont évacués à chaque chasse d’eau. Un système de chasse d’eau de plus de 15 ans peut même consommer jusqu’à 18 litres d’eau ou plus … On estime qu’un tiers des WC domestiques français sont encore équipés de système simple bouton.

Un WC double bouton permet de réaliser une économie d’eau de 45 à 60 % par an, soit environ 5 m3 par an.

  • Il est également possible de limiter le réservoir des chasses d’eau en y plaçant :
    • une bouteille d’eau pleine, mais s’assurer qu’elle ne pourra pas bloquer le mécanisme de la chasse d’eau si elle tombe ;
    • des plaquettes Eco-WC prévues pour être fixées sur le rebord du réservoir.

Attention : ne pas utiliser de briques, car celles-ci, en se délitant, peuvent endommager le joint de la chasse d’eau.

Des économies avec le lave-linge

En moyenne, une famille française effectue 220 lessives par an. Cela correspond à une consommation d’environ 13 000 litres d’eau et 230 kWh d’électricité.

Il y a une quinzaine d’années, un lave-linge consommait environ 100 litres d’eau à chaque lavage. Aujourd’hui un lave-linge récent consomme en moyenne 50 litres d’eau par cycle.

  • Si vous devez changer votre lave-linge, comme pour les autres appareils, consultez l’étiquette énergie de l’appareil, elle vous informera sur les consommations annuelles d’eau, la consommation d’électricité en kWh par an, les émissions acoustiques …

Dans un lave-linge, le chauffage de l’eau est entièrement électrique. Certains lave-linges  sont équipés d’une double-entrée, eau froide et eau chaude.

  • Il peut donc être intéressant lorsque l’on dispose d’une source d’énergie renouvelable (solaire, bois, réseau de chaleur…) ou d’une source d‘énergie moins chère que l’électricité, de s’équiper avec un lave-linge avec double-entrée. Le temps de cycle et la consommation de la résistance électrique seront ainsi réduits.
  • Lavez plus froid ou utilisez les programmes « éco ».

En lavant votre textile à 30°C au lieu de 60°C, vous faites une économie d’énergie de plus de 50 % (ADEME). Certaines lessives, plus efficaces à basse température, sont conçues pour laver le linge à froid.

  • N’ayez pas la main lourde sur le détergent.

Un surdosage de lessive fait consommer plus d’énergie et d’eau à l’appareil. Celui-ci continuera de rincer tant qu’il détectera de la mousse.

  • Faites tourner des machines pleines.

Attendez d’avoir suffisamment de linge pour utiliser votre machine à pleine charge, en évitant tout de même de tasser le linge.

Certains lave-linges possèdent encore des programmes « demi-charge », adaptés aux petites quantités de linge et qui diminuent d’en moyenne 20% la consommation en eau. Un lavage à pleine charge restera plus économique en électricité et en eau que 2 lavages en demi-charges.

  • Si vous devez acquérir une nouvelle machine à laver, achetez un lave-linge d’une capacité correspondant à vos besoins : les machines de grande capacité fonctionnent souvent sans être totalement remplies, ce qui entraîne un gaspillage d’énergie et d’eau.

Pour les personnes vivant seules, une machine d’une capacitéde 3 à 4 kg suffit. A partir de 2 personnes, une machine d’une capacité de 5 kg minimum est généralement nécessaire.

  • Utiliser une vitesse d’essorage élevée : cela permettra d’enlever au maximum l’eau de votre linge qui séchera ainsi plus rapidement.
  • Entretenez votre lave-linge.

Une machine à laver entartrée consomme davantage d’énergie. Détartrez-la régulièrement ! Le vinaigre blanc s’avère très efficace contre le calcaire. Une fois par mois, versez un litre de vinaigre blanc dans le tambour et faites tourner, à vide, un cycle à 90°C. Cela permettra de détartrer, nettoyer et assainir la cuve et ses composants (durites, tuyaux…).

  • Utilisez le programme « départ différé ».

Profitez des heures creuses si vous en disposez pour laver le linge, et pour faire tourner votre sèche-linge si vous en possédez un. Certains lave-linges disposent d’une fonction « départ différé » qui vous permettra de faire démarrer automatiquement votre machine à l’heure désirée.

Des économies avec la vaisselle

Un lave-vaisselle est utilisé en moyenne 3 à 5 fois par semaine et 18 % des ménages équipés l’utilisent même tous les jours.

Songez à changer votre lave-vaisselle s’il est ancien : les modèles récents consomment moitié moins d’eau qu’il y a dix ans (de 9 à 15 litres pour une vaisselle).

L’écart de coût de la consommation électrique entre un lave-vaisselle de classe A+ et un A+++ est d’environ 12€ par an.

Vaisselle à la main ou lave-vaisselle ?

Selon une étude réalisée par Eurofins en 2009, les lave-vaisselles consomment en moyenne 12 litres par cycle de lavage (les plus récents consomment environ 9 litres d’eau par cycle) alors que la même vaisselle faite à la main nécessiterait environ 40 litres d’eau, selon la même étude.

Toutefois, avec une bonne organisation, les champions de la vaisselle « à la main » parviennent à atteindre la même consommation qu’un lave-vaisselle récent.

Au niveau de l’énergie, c’est la quantité d’eau utilisée et sa température qui détermineront la consommation d’énergie.

Source : https://www.consoglobe.com/duel-machine-a-laver-vs-vaisselle-a-la-main-cg

  • Lors de l’achat de votre lave-vaisselle, comme pour les autres appareils électroménagers, l’étiquette énergie vous fournira des informations précieuses pour éclairer votre choix.

Pensez à choisir un modèle économe en eau et en énergie.

Certains lave-vaisselle sont à double entrée eau froide et eau chaude. La plupart acceptent aussi de l’eau chaude en entrée en lieu et place de l’eau froide (à vérifier sur la notice si possible et jusqu’à quelle température).

  • Il peut donc être intéressant lorsque l’on dispose d’une source d’énergie renouvelable (solaire, bois, réseau de chaleur…) ou d’une source d‘énergie moins chère que l’électricité, de s’équiper avec un lave-vaisselle avec double-entrée. Le temps de cycle et la consommation de la résistance électrique seront ainsi réduits.
  • Si votre lave-vaisselle accepte de l’eau chaude en entrée en lieu et place de l’eau froide, et que vous disposez d’une source d’énergie renouvelable (solaire, bois, réseau de chaleur…) ou d’une source d’énergie moins chère que l’électricité, branchez directement votre arrivée d’eau chaude dessus. Bien vérifier dans la notice si cela est possible et jusqu’à quelle température d’entrée.

Pour optimiser l’utilisation du lave-vaisselle et les consommations d’eau et d’électricité :

80 % de l’énergie consommée par un lave-vaisselle sert à chauffer l’eau, le reste pour faire fonctionner les moteurs : moins il utilise d’eau, moins il consommera d’énergie.

  • Bien remplir le lave-vaisselle avant de le lancer.
  • Les plats très sales (plats à gratin, viandes …) doivent être lavés à la main, ou au moins prélavés.
  • Laisser la vaisselle sécher en ouvrant la porte du lave-vaisselle … on peut aisément se passer du cycle de séchage.
  • Privilégier le programme de lavage court à faible température : la fonction « éco » diminue le temps de lavage et la température, donc la consommation d’électricité et la consommation d’eau.
  • Débarrasser la vaisselle des déchets solides pour garantir l’efficacité du programme « éco  » et améliorer la durée de vie de votre équipement.
  • Réservez le cycle intensif pour la vaisselle vraiment très sale et grasse.
  • Surveillez le niveau de sel de lavage et respectez la dose de produit nettoyant recommandé.
  • Pour ce qui est de l’entretien, nettoyez régulièrement le filtre, la cuve et le joint de porte, votre appareil aura ainsi une durée de vie plus longue.
  • Faire tourner le lave-vaisselle durant les heures creuses si vous en disposez : il consommera la même chose mais l’électricité y est moins chère.

Pour optimiser la vaisselle « à la main » :

  • Utiliser deux bacs, un pour le lavage et un autre pour le rinçage.
  • Faire la vaisselle sous un robinet équipé de réducteurs de débit et avec un mitigeur.
  • Laver à l’eau froide ou tiède, mais pas chaude.
  • Rincer à l’eau froide.
  • Penser à réutiliser l’eau de cuisson pour dégraisser et prélaver.
  • Laver les ustensiles dès que l’on peut quand on fait la cuisine : une casserole dans laquelle on vient de faire une sauce se lave très facilement sous un peu d’eau chaude. Mais une fois refroidie et séchée, il faudra beaucoup plus d’eau.
  • Ne pas sur-doser le liquide vaisselle, ce n’est pas plus efficace, et il faut rincer plus longtemps pour se débarrasser du produit.

Des économies pour la boisson

  • Bien choisir son eau pour l’alimentation.

La consommation d’eau de boisson est d’environ 3 litres par personne par jour en France. Chaque année, en France, nous consommons plus de 7 milliards de litres d’eau en bouteille.

Une bouteille d’eau minérale :

  • parcourt en moyenne 300 km, de l’embouteillage au recyclage ;
  • est 120 fois plus chère que l’eau du robinet ;
  • nécessite 2 fois son poids en pétrole brut pour sa fabrication ;
  • mettra plus de 600 ans à se désagréger dans l’environnement.

Consommer de l’eau du robinet au lieu d’eau en bouteille vous fera économiser environ 140€ par an.

Des économies pour les usages extérieurs : jardin, lavage de la voiture

  • J’arrose mon jardin à l’aube ou à la tombée du jour pour que l’eau ne s’évapore pas avant d’être absorbée par mes plantations.
  • J’utilise un système de récupération d’eau de pluie pour l’arrosage de mes plantations.
  • Poser un paillage autour des cultures pour éviter les déperditions d’eau dans votre jardin.
  • Ajouter de la matière organique (compost) ou de l’argile à votre jardin, vous augmenterez la capacité de rétention d’eau de votre sol et donc vous diminuerez la fréquence des arrosages.

Laver sa voiture chez soi ?

Laver sa voiture chez soi est « indirectement » interdit par la loi sur l’Eau, car les eaux résiduelles chargées en hydrocarbures et autres polluants se déversent directement dans le sous-sol. L’avantage des centres de lavage spécialisés tient à leurs bacs de décantation et au recyclage de l’eau.

De plus, à la maison, le lavage individuel d’un véhicule consomme davantage d’eau : environ 300 litres chez soi contre 60 litres en moyenne en station spécialisée.

  • Privilégier le binage qui consiste à ameublir la couche superficielle du sol autour des plantes cultivées. Vous limiterez ainsi l’évaporation de l’humidité contenue dans le sol et réduirez les besoins en arrosage.
  • Je préfère l’arrosage manuel, plus efficace que l’arrosage automatique … ou sinon, j’installe un arrosage au goutte à goutte moins consommateur d’eau et tout aussi efficace qu’un arrosage normal.
  • Je n’arrose pas nécessairement la pelouse … à moins de participer à un concours du gazon.
  • J’arrête de laver mon automobile, la pluie fait gratuitement le travail… ou si c’est vraiment nécessaire, trouvez une station de lavage de voiture fonctionnant en circuit fermé ou utilisez de l’eau de pluie récupérée.

Et l’eau chaude ?

12 % de l’énergie consommée par nos logements est consacrée à chauffer l’eau (source : ADEME).

Il faut environ 60 KWh pour chauffer 1000 litres d’eau froide de 12°C à 55°C, soit un coût moyen de 6 € d’énergie/m³ (au tarif moyen de 10 c/KWh). En ajoutant la fourniture d’eau froide (en moyenne de 3 €/ m³), le coût d’un mètre-cube d’eau chaude sanitaire consommé est donc d’environ 9 €/m³.

Quelques conseils d’économies pour la production d’eau chaude :

  • Régler la température du ballon d’eau chaude entre 55°C et 60°C.

55 à 60 ℃ pour l’eau chaude sanitaire, c’est assez pour limiter le développement de bactéries pathogènes, mais pas trop, pour éviter l’entartrage du chauffe-eau et faire des économies.

  • Calorifuger votre installation de production d’eau chaude.

L’isolation du réseau d’eau chaude permet, à moindre frais, de limiter les pertes d’énergie lors de la distribution d’eau chaude dans votre habitat. Le calorifugeage est d’autant plus efficace que les points d’eau sont éloignés de la source de production ou quand vos canalisations traversent des pièces non chauffées, comme les garages ou les caves.

Contactez votre Espace INFO→ ÉNERGIE pour en savoir plus.

Partagez sur les réseaux sociaux