Les éco-gestes du quotidien : les loisirs numériques

La consommation d’électricité spécifique (hors chauffage, eau chaude et cuisson) représente 16 % de la consommation d’énergie d’un logement (soit environ 3000 kWh et 450 € de dépenses par an et par logement).

Alors que toutes les consommations énergétiques (chauffage, eau chaude, cuisson) diminuent dans les logements depuis 30 ans, celle de la consommation d’électricité spécifique augmente fortement : +150 % depuis 1990 !

Votre Espace INFO→ÉNERGIE est aussi là pour vous conseiller sur les éco-gestes.

Contexte

Dans un logement, le salon est la pièce la plus équipée en appareils électriques et électroniques avec, en moyenne, plus de 20 appareils. La plupart sont liés aux loisirs numériques.

Autant de consommations d’énergie pour ces appareils, qu’ils soient en fonctionnement, en veille ou même éteints.

Comment agir au quotidien ?

Les consoles de jeu

 Alors que de nombreux efforts sont faits pour que le matériel informatique gagne en efficacité et consomme le moins possible, les consoles de jeux vidéo consomment …  de plus en plus d’électricité.

Le jeu en réseau, les performances graphiques et sonores des jeux, rendent les consoles de plus en plus gourmandes en électricité.

En 2016, on compte plus de 35 millions de consoles de jeux installées en France. Un foyer sur 2 est équipé d’une console de jeu.

Quelques exemples de consommations électriques parmi les consoles les plus répandues, par ordre croissant de consommation :

  • la Wii de Nintendo : 13,7 Wh par heure de jeu
  • la PlayStation 3 de Sony : 84,8 Wh par heure
  • la Xbox 360 de Microsoft  : 87,9 Wh par heure de jeu ;
  • la Xbox One : 112 Wh par heure de jeu (15,7 watts en veille).
  • la PlayStation 4 : 137 Wh par heure (8,5 watts par heure en mode veille)

En plus de ces consommations en fonctionnement classique, il faut également prendre en compte les différents accessoires de console (manettes sans fil à piles, casques, simulateurs, volants de course, capteurs de mouvement …) qui consomment également de l’énergie.

Comme les postes de télévision, c’est finalement lorsqu’elles restent allumées inutilement qu’elles consomment le plus.

Selon une étude réalisée aux USA (Natural Resources Defense Council), les phases où les consoles ne sont pas utilisées représenteraient 68 % de l’électricité consommée et la moitié des utilisateurs laisseraient leur console allumée 24 heures sur 24

Un seul conseil de bon sens pour les consoles de jeux : ne les laissez pas en veille après utilisation ! Utilisez une multiprise ou un programmateur pour couper les veilles.

Quelques conseils d’utilisation pour faire des économies d’énergie

Une meilleure gestion de l’alimentation de votre console peut diminuer sa consommation globale.

Voici quelques moyens efficaces :

  • Il existe des mises à jour pour les consoles qui permettent de programmer un arrêt automatique, au-delà d’un certain temps d’inactivité : si la console ne détecte pas d’activité pendant une heure, par exemple, elle s’éteint toute seule.

L’option arrêt automatique existe sur les principales consoles utilisées, mais elle n’est pas activée par défaut en usine. Elle relève donc d’une démarche volontaire du joueur, qui doit pour cela aller l’activer dans les paramètres de l’appareil.

Attention toutefois : il restera une consommation résiduelle qui elle ne pourra être supprimée qu’à l’aide d’une multiprise à interrupteur.

  • Pour les manettes non filaires, au lieu d’acheter sans arrêt des piles, il existe des chargeurs pour les manettes de Xbox 360 et de PlayStation 3. Le prix varie en fonction du nombre de manettes que l’on peut recharger. Vous pouvez aussi opter pour des piles rechargeables avec un chargeur qui permet plus de 500 charges !

Téléphones et tablettes connectés

Depuis quelques années, les tablettes numériques ont progressivement envahi nos maisons et notre quotidien. Plus de 30% des logements en sont désormais équipés.

Au niveau de la consommation électrique de ces appareils en utilisation « classique », à titre de comparaison :

  • un smartphone entre 2 et 7 kWh par an ;
  • une tablette numérique consommera environ 10 kWh par an ;
  • un ordinateur portable entre 20 et 75 kWh ;
  • un ordinateur de bureau entre 150 et 250 kWh (écran compris).

Une heure de tablette numérique par jour vous coûtera donc entre 1 et 3 € d’électricité par an soit quatre à cinq fois moins qu’une heure d’ordinateur portable, qui elle-même vous coûtera environ quatre fois moins qu’une heure d’ordinateur fixe.

Les progrès réalisés par les microprocesseurs en termes d’efficience énergétique ne seront pas suffisants pour absorber l’augmentation du nombre de tablettes vendues et la gourmandise des nouveaux modèles.

Quelques conseils d’utilisation pour faire des économies d’énergie (et d’argent) :

  • Pour les appareils disposant d’une batterie, recharger les batteries de vos appareils mobiles plutôt la nuit (smartphone, tablettes) pendant les heures creuses ; l’électricité y est moins chère.
  • Couper les connexions 3G, Wi-Fi et Bluetooth si elles ne sont pas utilisées : ces protocoles consomment beaucoup d’énergie.
  • Ajuster la luminosité de l’écran selon le contexte : à l’intérieur, l’écran est lisible même avec une faible luminosité. Il consomme ainsi beaucoup moins d’énergie.
  • Sélectionner le mode « économie d’énergie » proposé en option
  • Faire le ménage régulièrement dans ses applications : certaines sont peu utilisées mais très gourmandes en ressources.
  • Utiliser le GPS (géolocalisation) avec parcimonie.
  • Retirer le mode vibreur quand c’est possible, réduire le volume sonore de la sonnerie ou des notifications.

Et les autres appareils du salon ?

Outre ces nouveaux appareils très utilisés qui remplissent nos salons depuis peu, de nombreux ménages possèdent :

  • de vieux appareils, hérités du siècle dernier, qui pour certains ne servent jamais (magnétoscope VHS, tourne-disque, …) ;
  • des appareils qui servent mais peu au final (démodulateurs (satellite, TNT, canal + …), lecteurs DVD, lecteurs CD …).

Pour tous ces appareils, dont la majorité, vu leur âge, possèdent des consommations de veille non négligeables, la solution la plus simple et la plus économe reste finalement la même que pour tous les autres appareils électriques : l’arrêt complet plutôt que la veille.

Pour les appareils vraiment peu utilisés, il est conseillé de les débrancher (ou de les mettre sur une multiprise à part) et de ne les brancher qu’en cas d’utilisation.

Pour les appareils utilisés de façon plus fréquente (démodulateurs par exemple), il est conseillé :

  • les prises programmables : elles s’arrêtent toutes seules au bout d’un temps que vous aurez paramétré ;
  • les multiprises avec interrupteur : appuyez sur le bouton de la multiprise et le courant se coupe ;
  • les multiprises « maître/esclave » : branchez votre télé sur la prise « maître » et les autres appareils liés à la télé sur les prises « esclaves ». Ainsi, lorsque vous allumerez la télé, les appareils esclaves s’allumeront aussi, lorsque vous l’éteindrez, le courant sera coupé et console, DVD, etc. s’éteindront également.

Si vous n’utilisez plus vos vieux appareils, ne les jetez pas mais offrez-leur une seconde vie en les apportant en ressourcerie ou recyclerie près de chez vous.

Autres éco-gestes

  • Le chauffage
  • Le coin TV
  • Les loisirs numériques

Contactez votre Espace INFO→ ÉNERGIE pour en savoir plus.

Partagez sur les réseaux sociaux